Choisir un architecte d’intérieur pour un projet professionnel

Le choix de votre architecte d’intérieur demande une grande attention car il est étroitement lié à la réussite de votre projet professionnel. L’entreprise d architecture intérieure et de design global que vous allez choisir devra en outre  être capable d’adapter ses équipes à votre projet et s’y montrer experte, qu’il s’agisse de locaux pour les professionnels :

COMMERCIAUX

• Magasin
• Concept store
• Stand
• Banque
• Pharmacie

architecte interieur bureau
TERTIAIRE

• Bureaux
• Clinique
• Salles de réunion
• Espaces communs
• Salon d’accueil

MÉDICAUX

• Clinique
• Cabinets médicaux (médecin, dentiste, kinésithérapeute)
• Salle de consultation
• Salle d’attente

ÉTABLISSEMENTS DE NUIT

• Hôtels
• Gîtes et chambre d’hôtes
• EHPAD
• Logements privés

architecte interieur restaurant
RESTAURATION

• Collective d’entreprise
• Restaurant
• Brasserie
• Bar

Les bons architectes d’intérieur ont l’habitude d’intervenir dans des environnements complexes et ils adopteront la technique bâtiment et les réglementations propres à votre projet et son concept quels qu’ils soient.

Nos concepteurs et chefs de projets vous accompagnerons du premier rendez-vous à la réception du chantier. L’étude d’esquisse permettra de poser votre programme : les premiers croquis et maquettes, les échanges sur vos besoins qu’ils soient en terme de contraintes techniques, d’aménagements intérieur, d’espace de vie et de travail, d’ambiances et de décors mais aussi de délais et budgétaires nous assurerons d’être avec vous en parfaite harmonie. Nos équipes ont suivi leur formation et leurs études supérieurs de niveau mastère d’arts appliqués, aux beaux-arts ou en école spécialisées. Quelques soit leur cursus, les chefs de projets sont qualifiés au titre d’architecte d’intérieur designer par l’UNAID et notre agence d architecture intérieure est assurée en décennale. Nous prendrons en compte et répondrons à vos besoins en architecture commerciale, en merchandising, mais aussi en design graphique, en signalétique,…

Les avants projets sommaires et détaillés nous conduirons à valider les espaces intérieurs, la scénographie, les cloisons, les rangements, les mobiliers, les luminaires. Notre équipe de designer d intérieur saura faire preuve d’ingéniosités, être créatif tout en préparant le volet technique et financier de votre projet : la réalisation des travaux par la maîtrise d œuvre, la gestion des différents corps d’états et du suivi de chantier  vous permettrons dans la sérénité de suivre l’avancement des travaux.

Vous souhaitez par exemple créer  un ensemble bureau confortable, ergonomique, fonctionnel, motivant pour vos équipes, dans un design aux nouvelles tendances, tout en maîtrisant votre investissement : il sera important d’avoir à faire à des intervenants à votre écoute et prenant en compte à toutes les étapes du chantier, les aspects pratiques, techniques et esthétiques correspondant au plus près à vos intentions.

Assurez-vous par ailleurs de disposer d’espaces suffisants et bien conçus pour les postes de travail bien sûr, mais aussi, pour faciliter les flux : des lieux de transit et un plan de circulations adaptés aux horaires de votre personnel.

Par ailleurs, la communication entre les divers services doit être facilitée et l’on sait que les informations circulent souvent de manière informelle, en dehors de l’espace bureau traditionnel. Aussi peut-on envisager l’aménagement de salles de réunion au design architectural résidentiel (matières, couleurs, équipements audio et vidéo) et ayant fait l’objet  d’une étude acoustique sérieuse. L’architecte d’intérieur, formé et expérimenté dans un Cabinet de design vous aidera à imaginer l’aménagement visuel et fonctionnel que vous vous souhaitez pour votre société.

Pour vous aider à construire votre projet, voici 10 conseils résultant de l’examen de nombreux programmes ainsi que sur des entretiens avec notre équipe composée de 2 chefs de projet dotés de plus de vingt années d’expérience et de 3 architectes d’intérieur designers, tous professionnels de l’agencement.

Nos 1O conseils pour votre projet professionnel

 

  1. Bien préparer le programme de l’opération : moyen délai et objectif
  2. Choisir son local
  3. Choisir son architecte d’intérieur
  4. Bien comprendre son rôle de maitre d’ouvrage
  5. Bien comprendre les différentes phases du déroulement d’un projet
  6. Définir son image de marque et sa communication
  7. Développer la relation de confiance avec son architecte d’intérieur
  8. Participer aux réunions de chantier
  9. Comprendre les enjeux de la réception de chantier
  10. Anticiper les projets futurs

1. Bien préparer et anticiper le programme de l’opération

Le programme est l’un des éléments majeur d’un projet, il est le point de départ de toute l’opération et pourtant c’est une étape complexe dont les enjeux sont souvent mal perçus ou sous estimés par le porteur du projet. Il apparaît d’abord nécessaire de mettre en place un audit ou une mission d’élaboration du programme pour vous aider à définir celui-ci précisément. Cette mission complémentaire sera effectuée en amont de la signature du contrat. Elle permettre de fixer les modalités et les éléments qui seront le point de depart de la mission de votre architecte d’intérieur. Elle doit faire l’objet d’une offre de service qui fixera les points à analyser et les réponses à apporter.

Il est donc nécessaire de définir en premier lieu les éléments qui fixeront le point de départ de votre projet, à savoir :

Le budget

Il se calcule soit « hors taxes et hors honoraires », soit « hors taxes et toutes dépenses confondues ». Le premier ne prend en compte que les dépenses liées aux travaux, le second doit intégrer le montant des honoraires de votre architecte d’intérieur ainsi que le coût des bureaux d’études structures, fluides  (acoustique ou éclairage), les prestations d’architecte en cas de construction dépassant 150m2, les études de designers  (graphique, de service, produits),…

Cette enveloppe doit permettre de couvrir l’ensemble des dépenses. En cas de prêt, il est demandé une validation de principe de la banque avant la remise de l’avant projet définitif dans lequel votre architecte d’intérieur aura présenté une estimation à + ou – 10% du coût de l’opération. Pensez à prévoir une somme suffisante pour être en mesure de faire face aux éventuels « impondérables » en cours de chantier.

Le délai

Souvent clef d’un projet aux finitions réussies, le délai doit être réaliste et comprendre un temps d’étude suffisant pour définir le projet et un temps de chantier pour réaliser les travaux. Votre architecte d’intérieur doit pouvoir appréhender ces contraintes et donner son délai d’étude à la signature du contrat.

L’état de l’existant

Le maitre d’ouvrage doit remettre à l’architecte d’intérieur un ensemble de documents tels que :

  • plans, coupes et façades de l’existant,
  • diagnostiques amiante, énergie, termites, mérule ou radon , plomb électricité et gaz…
  • une copie du titre de propriété ou du bail
  • tous documents permettant à l’architecte d’intérieur de prendre connaissance avec le bâtiment : son état, sa surface, ses contraintes

Les assurances

L’assurance « dommage ouvrage » est obligatoire pour les travaux de structure. Attention, vous pouvez être poursuivi au pénale en cas de problème…

2. Choisir son local

Le local doit être dimensionné pour votre projet. Prenez garde au « coup de cœur » (les enjeux sont si important pour la réussite de votre projet qu’il n’y a pas de place pour le rêve dans cette démarche). Nous conseillons de faire visiter le local repéré par votre architecte d’intérieur pour avoir un regard professionnel sur l’état du bâtiment. Soyez vigilant et objectif.

Posez-vous les questions suivantes :

  • Pour un commerce en premier : le bon emplacement. C’est une règle d’or ! Ensuite :
  • Les possibilités de stationnement à proximité existent-elles et sont-elles suffisantes ?
  • Le local est il visible, identifiable, facile d’acces ?
  • Sa surface est elle adaptée à mon activité; est-elle évolutive en cas de développement?
  • Comment gérer les flux de clients ou de patients ?
  • La vitrine correspond t’elle à la signalisation dont j’ai besoin ?
  • Le local est-il accessible aux personnes à mobilité réduite ?  (Ce n’est pas une option mais une obligation légale et du bon sens)

3. Choisir son architecte d’intérieur

Nous avons déjà développé ce sujet précédemment. Une règle prime : la confiance. Elle est indispensable. vous serez avec votre architecte d’intérieur lié et indissociables jusqu’à la réussite du projet.

4. Bien comprendre son rôle de maitre d’ouvrage

Vous n’êtes pas un simple client, consommateur de services facturés à la demande. Votre rôle est bien plus complexe. Vous aurez des responsabilités durant tout le déroulement du projet, de la validation des phases avec votre architecte d’intérieur aux prises de décision durant le chantier.  Vous êtes responsable en premier lieu de la sécurité du chantier d’où la nécessité de prévoir une prestation indépendante de la maitrise d’œuvre avec un CSPS (coordinateur sécurité protection de la santé) obligatoire des la présence de plus de 3 entreprises en même temps. N’hésitez pas à demander à votre architecte d’intérieur qu’il vous détaille les obligations majeures. Vous trouverez sur notre site et sur celui de l’UNAID le référentiel métier qui vous fournira toutes les informations indispensables pour bien comprendre votre rôle

5. Bien comprendre les différentes phases du déroulement d’un projet

A nouveau On vous renvoie au « référentiel métier ». Vous y trouverez toutes les informations nécessaires.

Pour résumer nous pouvons définir trois grandes étapes :

ÉCOUTER

 

Le premier des discernements que requiert notre métier est de savoir entendre de quoi est faite cette demande qui est souvent bien éloignée de la commande qu’on nous présente. Alors, qu’il s’agisse d’un lieu de travail, de vente, de soin, de culture ou d’une demeure, nous ne pourrons résoudre l’équation de cette attente par nos propositions qu’à la condition de bien connaître son premier terme, la réalité de la demande à laquelle seul le maître d’ouvrage peut nous donner accès.

Au début de l’histoire, nous ne savons rien, c’est lui qui sait tout, même s’il ne sait pas le décrire.

Nous exerçons notre art afin de créer des intérieurs en résonance harmonique avec les besoins de ceux qui s’y trouvent. L’objet de notre attention n’est pas un objet distant, extérieur à nous mêmes, une belle enveloppe dont nous connaîtrions à l’avance les règles de composition : tout au contraire il nous enveloppe, c’est nous qui sommes dedans, c’est notre équilibre que cet intérieur doit favoriser.

À partir, donc, d’un besoin fortement ressenti et généralement mal identifié, voire seulement d’un mal-être ou d’une aspiration diffuse, une solution est attendue de la transformation de l’espace à vivre. Dépeignant alors un résultat plutôt qu’une cause, les énoncés qui en résultent sont des pistes approximatives, parfois des impasses qui peuvent compromettre la cohérence, le bien-être, le résultat commercial… Si nous nous contentons de répondre techniquement au discours initial – la commande – nous risquons de passer totalement à côté de la possibilité de satisfaire l’attente qui se cache le plus souvent en dessous.

La réussite de notre mission dépend avant tout de notre capacité à faire émerger le besoin réel sous les représentations qui sont mises en exergue lors du premier contact, besoin authentique qui constitue la matière de la demande. Travailler aussi près du corps que nous devons le faire pour satisfaire les registres sensibles mis en jeu implique de révéler les appétences généralement retenues par la conformité aux standards.

Notre invention commence exactement là où nous mettons en lumière et en mots l’attente vraie à laquelle nous allons pouvoir répondre. Il n’est pas excessif de considérer que nos construisons d’abord avec les mots.

C’est pourquoi nous accordons une si grande importance à cette démarche d’élucidation qui va permettre de faire coïncider la commande avec la demande, ce qui nécessite une approche progressive et plusieurs échanges avec notre maître d’ouvrage avant de pouvoir fixer le cadre général dans lequel nous aurons à concevoir un projet. À cette clarification nécessaire, s’ajoute la complexité accrue des situations que nous devons traiter.

Nous partons le plus souvent d’un existant qui se compose d’un enchevêtrement de données : dimensionnelles, techniques, réglementaires, relationnelles, toutes interdépendantes les unes des autres et qui font autant de contraintes dont nous allons devoir tenir compte. Il nous faut avant tout les connaître avec précision pour pouvoir avancer sainement.

Cette phase d’appropriation reste pourtant inexploitable tant que nous ne connaissons pas les moyens qui sont mis à notre disposition pour satisfaire les attentes en respectant les contraintes. Il est exceptionnel que nos donneurs d’ordres sachent quantifier économiquement l’opération dont ils ébauchent le cahier des charges. C’est à nous qu’il revient de le faire, non seulement afin de répondre au questionnement inquiet du coût final, mais pour savoir si notre client a les moyens de ses prétentions et pour fixer le niveau général des prestations que nous allons lui proposer.

Lorsque ce matériau est collecté, il faut le mettre en forme selon les catégories d’un programme, qui est à la fois le fondement et le repère technique de ce que nous allons devoir faire dans les phases suivantes.

Il convient dès cette étape de préciser que nous ne pouvons entamer une

nouvelle phase qu’après validation formelle de la précédente. C’est une garantie réciproque indispensable.

CONCEVOIR

 

L’imprégnation qui précède s’est accompagnée de l’élaboration jusque là secrète d’une vision des formes, des couleurs, des matières et des lumières qui vont matérialiser la réponse au cahier des charges. C’est au début du stade de la conception que notre créativité est la plus fortement sollicitée pour proposer des réponses inventives et pertinentes. La part la plus artistique de la mission se tient dans l’articulation entre l’inspiration de l’esquisse et le déploiement de l’avant-projet.

Au cours de ce stade de conception, plusieurs sessions de concertation avec le maître d’ouvrage seront nécessaires pour affiner le projet.

Les phases de ce travail sont codifiées : esquisse, avant-projet sommaire, avant-projet définitif.

Les moyens employés sont ici d’abord graphiques : depuis le simple crayonné jusqu’à l’image de synthèse, le seul critère de pertinence est la capacité à « faire voir » ce qui n’est pas encore et à en expliquer les raisons et le sens.

Dans cette phase plus que dans toute autre, nous devons définir des critères qui laissent libre cours à l’invention des solutions, tout en garantissant le résultat. Plus nous nous avançons vers le projet, plus le travail va devenir technique, nécessitant souvent l’intervention de spécialistes autorisés.

C’est alors que les chemins de la performance sont le plus largement ouverts et peuvent s’éloigner des standards architecturaux classiques.

À cela plusieurs raisons : la première réside dans le fait que nous intervenons le plus souvent dans un contexte de bâtiment existant, dont il faut s’approprier les volumes, la structure et la logique avant de prétendre le transformer. Les moyens à mettre en oeuvre à ce stade dépendent beaucoup du résultat demandé, nous échappons donc à toute règle pré-établie quant aux moyens de notre créativité : par exemple, un relevé 3D exhaustif intérieur extérieur est inutile pour une réhabilitation succincte, indispensable pour une restructuration, même partielle. Il va pourtant falloir codifier quelques repères dès les premiers relevés.

Ensuite, lorsqu’il s’agit avant tout de créer une ambiance, la batterie d’outils utilisés pour communiquer avec le client et fixer ses choix sera totalement différente de celle nécessaire pour redistribuer tout un plateau… ou transformer un garage en cabinet médical.

Pourtant, dans un cas comme dans l’autre, nous devrons aboutir à un document validé qui seul permet d’engager la phase suivante.

La consultation des entreprises est souvent nécessaire pour établir les coûts prévisionnels de façon fiable. Cette consultation, de nature informationnelle, ne doit toutefois pas être confondue avec celle, décisionnelle, qui permettra de fixer les marchés. Les coûts annoncés en cours d’avant-projet n’ont pas valeur de devis, même s’ils en prennent la forme par habitude. Ils ne peuvent engager les entreprises qui n’ont pas, à ce stade, une connaissance suffisante des conditions techniques et administratives du chantier.

La conclusion de ce stade de conception est la validation de l’avant-projet dit définitif. Celui-ci fixe non seulement quoi, quand, comment mais aussi combien. La validation formelle du maître d’ouvrage est alors essentielle

car c’est là que nous nous engageons réciproquement à réaliser un projet désormais connu dans le détail, pour un coût également connu.

Charge à nous de garantir le respect de ce budget et au maître d’ouvrage de le financer.

ORGANISER

 

Les choses deviennent un peu plus linéaires lorsqu’on se rapproche du monde de l’entreprise qui va réaliser. Tant en termes de systèmes de description des prestations, analyse des coûts, élaboration des marchés, nous sommes davantage soumis une batterie de passages obligés qui garantissent la conformité de nos procédures avec les règles en vigueur.

Encore faut-il, de nouveau, laisser assez de jeu pour qu’une certaine dose d’improvisation in situ puisse conserver droit de citer si elle est assez encadrée et maîtrisée : le meilleur plan ne donnera jamais l’exacte impression de fluidité qu’on trouve dans l’espace réel, la meilleure image ne rendra jamais la subtilité d’un éclairage parfaitement bien placé.

C’est souvent sur pièces, dans le réel, que nous finissons l’ajustage. Cette donne est propre à notre métier dont on attend qu’il produise in fine non seulement une adéquation fonctionnelle, mais aussi une satisfaction sensorielle.

Nos maîtres d’ouvrage doivent être avertis des fluctuations que cela peut entraîner et en accepter le principe avant la signature des marchés.

Néanmoins, à partir de ce stade l’avancement est soumis aux avis des différentes autorités de contrôle : instructeurs des permis de construire, services d’hygiène, commissions de sécurité, commission d’accessibilité… La constitution du dossier permet aussi de traduire, à l’attention cette fois des ingénieurs et corps de métier qui vont réaliser, un langage qui devait rester jusque là accessible au non spécialiste.

Ce qui était encore en partie générique et imagé devient spécialisé, strictement décrit, quantifié, codifié, pour déboucher sur la consultation des entreprises, cette fois très formalisée car elle conditionne les engagements des marchés de travaux.

Lorsque le projet passe en phase de réalisation concrète, nous devenons le maître d’oeuvre de l’opération. Nous devons alors diriger l’ouvrage de toutes les entreprises, coordonner l’intervention des différentes ingénieries et aussi du maître d’ouvrage lui-même. Ce dernier va être sollicité tout au long du chantier pour arbitrer des choix, esthétiques et économiques qui ne peuvent être anticipés car ne pouvant se faire que « sur pièces ».

Le bon déroulement de cette phase critique dépend totalement de la cohérence du dossier en amont et de la cohésion des entreprises avec le projet.

Notre rôle de coordination consiste aussi à défendre équitablement leurs intérêts vis-à-vis du maître d’ouvrage, c’est une condition essentielle du bon achèvement du chantier.

À cette fin, toutes les décisions concernant l’exécution du projet doivent passer par notre contrôle.

Dans le même temps, nous validons les paiements aux entreprises et gérons le décompte des dépenses. Enfin, nous assistons le maître d’ouvrage pour la réception des travaux et l’application des garanties.

La réussite d’une opération ne se jauge pourtant pas à la seule absence de défauts, mais à la satisfaction de cette attente diffuse que nous avons dû mettre à jour au commencement de l’histoire.

6. Soigner l’image de marque et la communication

La communication visuelle et la signalétique auront un rôle prépondérant dans la réussite de votre projet. Qu’il s’agisse de l’image de marque ou de guider vos clients ou patients dans vos locaux

Prévoyez une enveloppe pour mettre en place une veritable mission de design qui saura analyser vos besoin et mettre en place une réponse adaptée et cohérente à votre mise en valeur.

7. Développer la relation de confiance avec son architecte d’intérieur

Sans confiance rien n’est possible. Il s’agit d’ailleurs d’une clause de rupture du contrat qui vous lie à votre architecte d’intérieur. Bien évidemment, la mission est encadrée par un contrat et un ensemble d’éléments qui devront être mis en place par votre architecte d’intérieur. Considérez néanmoins qu’il s’agit surtout de travailler en équipe pour mener à bien, chacun dans son domaine, un seul objectif : réussir votre projet. Nous sommes là pour vous accompagner et vous aider à prendre les bonnes decisions.

8. Participer aux réunions de chantier

Vous devez vous tenir informé de l’avancement du projet. Il ne s’agit pas seulement de valider des décisions ou des propositions de votre architectes d’intérieur, mais aussi de suivre l’avancement de l’opération et de participer directement à sa réalisation. Vous pourrez ainsi observer ce qui se met en place, comprendre les contraintes, les évolutions nécessaires tout en créant du lien avec les compagnons du bâtiment en charge de l’exécution. Ce relationnel vous aidera dans les années futures, quand vous aurez à faire appel au plombier, à l’électricien ou au menuisier pour des évolutions ou l’entretien l’existant.

9. Comprendre les enjeux de la réception de chantier

La réception est un des moments clefs de toute l’opération. C’est le transfert de responsabilité entre la maitrise d’œuvre, les entreprises et la maitrise d’ouvrage. Les assurances décennales des entreprises entrent alors en fonction. Votre architecte d’intérieur est à vos cotés pour vous aider à relever les éléments qui nécessitent une meilleure finition, ou à valider les points d’exécutions. Si nous préparons cette réception pour vous c’est une validation contractuelle entre l’entreprise et vous. Si des points et des corrections restent à effectuer nous vous accompagnerons pour rédiger des réserves et convenir entre l’entreprise et vous d’un délai pour lever les points en suspens.

Vous ne pouvez accéder aux locaux et les prendre en charge qu’après cette réception.

10. Anticiper les projets futurs

Des travaux peuvent être définis dans un second temps, afin de permettre de débuter votre activité et de scinder de futurs investissements. Il sera alors nécessaire de réaliser l’ensemble de l’étude pour définir un calendrier et organiser le chantier afin de limiter l’impact et préparer la seconde intervention. Par exemple, prévoir des boîtes électriques avec les câbles en attente, les arrivées et évacuation d’eau…

Un projet nécessitant des travaux lourds est un orchestre symphonique dont les différentes partitions conduisent à l’éclosion d’une œuvre. Il faut que vous conserviez cette partition. Elle comprend les devis, les assurances des entreprises, les documents rédigés par votre architecte d’intérieur : Plans, CCTP, CCAP, actes d’engagement, dpgf et bien entendu les réceptions de chantiers validées …. Tous ces documents vous ont remis durant le déroulement de votre projet et doivent être conservé le plus longtemps possible, c’est la mémoire du morceau qui s’est déroulé devant vos yeux sous la baguette du chef d’orchestre, ce Designer Architecte d’Intérieur à qui vous avez confié votre projet de vie.

En conclusion,

Vous voilà prêt et informé pour rencontrer votre architecte d’intérieur, vous avez les clefs de la réussite de votre projet en main.

Si vous me le permettez, je vais ajouter un dernier point, un dernier conseil :

Nous créons, nous imaginons à notre façon un monde différent, sensible, ou l’homme est le point clef de notre réflexion…

Seulement voilà, nous ne sommes pas seul. Si votre projet voit le jour c’est aussi grâce à la participation de nos musiciens :  artisans, ouvrier, compagnons du devoir,…  Ces hommes et ces femmes qui par la qualité de leurs ouvrages et leur savoir-faire donnent la vie à nos réalisations.

N’oubliez pas de les remercier, ce n’est pas une affaire d’argent mais de cœur, d’âmes et d’énergies, nous sommes, maitre d’ouvrage et maitre d’œuvre, redevable envers eux d’un profond respect.

Alors, à la fin du chantier, en lieu et place de partager une bouteille de champagne (sans alcool bien entendu) avec votre architecte d’intérieur, offrez et profitez d’un moment chaleureux avec ces hommes et ces femmes qui ont réalisé les ouvrages dont vous rêviez.  En guise de champagne prenez des jus de fruit ( ☺) si votre budget vous l’impose et quelques victuailles que nous pourrons partager tous ensembles pour fêter comme il se doit la fin de ce projet et le début de votre nouvelle vie professionnelle.

PS : nous sommes aussi d’accord pour faire les deux, champagne et jus de fruit …

Nos références